La respiration

Bien respirer est essentiel pour bien parler. Et la plus adaptée des respiration est la ventrale. Cette respiration permet d’aller chercher toute la puissance nécessaire à la voix sans se crisper et sans utiliser de force. En libérant le haut du corps, la gestuelle devient aussi plus gracieuse.

La posture

Une belle posture est ancrée dans le sol. Les pieds sont comme des racines et le haut du corps est détendu.  Par des exercices s’inspirant du Qi gong, on peut rendre cette posture extrêmement dense. Le charisme et la présence en sont alors fortement augmentés. Le travail est également porté sur l’acceptation de l’immobilité. Un bon mouvement ne doit pas naître pour compenser une sensation de malaise en position neutre.

La voix

La voix de masque est la plus efficace pour parler en public. C’est une voix qu’utilisent les comédiens pour faire résonner le son dans la partie du nez. Elle demande peu d’effort, n’abime ni les cordes vocales ni la gorge et peut être très puissante. Si vous voulez vous faire entendre en toutes circonstances, elle doit devenir pour vous une seconde nature.

La prononciation

Elle sert principalement à deux choses. Créer une harmonie et une beauté dans le phrasé, ce qui va rendre plus percutant, plus élégant votre discours ; et accentuer certains mots pour rendre plus vivant votre message.

Une bonne prononciation est un outil qui sera indispensable si vous souhaitez que votre langage ait plus d’impact.

La cible

Il ne vous viendrait pas à l’esprit de tirer à l’arc sans viser. Une phrase est comme une flèche, elle a une cible. Cette partie consiste à muscler le regard, la capacité à adresser et aussi à sentir votre public. J’utilise des exercices qui s’inspirent de la méditation afin que votre discours pénètre le cerveau et le coeur de votre public.

La syntaxe

C’est l’ensemble des règles qui vont régir la manière dont vous aller dire votre discours.  « Ouvrir le sens et le fermer », prendre des pauses », « réattaquer la phrase ou le mot » et « mettre de l’intention » sont les plus essentielles et un bon orateur se doit de les maitriser parfaitement.

La méthode TIA ?

Pour exceller dans l’art de dire, ces différentes techniques doivent faire partie de vous à un niveau insconcient très profond. Tout doit devenir automatique. Ainsi, en plus d’une heure de coaching régulière travaillant sur chaque point, je propose un trainning de répétition à faire tous les jours. Et comme le temps est le nerf de la guerre, ce training ne dure qu’un quart d’heure. Ce qui le rend performant, c’est qu’il s’adapte à votre niveau en devenant peu à peu de plus en plus intensif et difficile. Un boxeur travaille chaque jour ses combinaisons, un pianiste ses gammes. Avec cette méthode l’orateur a maintenant son training.